Ail

AIL

Allium sativum de la famille des Liliacées (Ail cultivé)

Gartenlauch, Knoblauch Al ; Garlic Ang ; Soom AR ; Taï-soûa CH; Hvildog Dan; Lassun Duk, Ind; Ajo Esp; Knofflook Hol; Aglio It; Seer Per; Czosnesk Pol; Alho Por; Tchesnok Rus; Lasuna San; Hwitolk Su; Wullay pondoo Tam ; Welligudda Tel ; Sar, Moussak Tur.

_________________________________________________________________________________________

     ail  


Principaux constituants connus : Glucoside sulfuré, huile volatile mélange de  sulfure et d’oxyde d’allyle à peu près purs, soufre, iode, silice, fécule, deux principes antibiotiques (allicine et garlicine), allistatines I et II d’action très puissante sur le staphylocoque…

 

MOTS CLES :             ANTISEPTIQUE             STIMULANT              HYPOTENSEUR          VERMIFUGE

 

PROPRIETES 

Usage interne :

 

PROPRIETES 

Usage externe :

 

INDICATIONS 

Usage interne :

 

INDICATIONS 

Usage externe :

 

MODE D’EMPLOI 

 

Usage interne :

Ail dans les salades, les légumes, la viande : dans l’alimentation d’une manière habituelle.

Manger des gousses d’ail avec un peu de persil et de l’huile d’olive sur les tartines.

 

Contre les parasites intestinaux :

3-4 gousses râpées dans une tasse d’eau bouillante. Laisser macérer toute la nuit et boire le lendemain à jeun. Ne rien manger jusqu’à midi; pendant 3 semaines.

 

Contre le ténia :

Râper une grosse tête d’ail et faire bouillir pendant 20 min. En boire chaque matin à jeun et rien manger jusqu’à midi; jusqu’à expulsion du ver.

 

Pour amenuiser l’odeur d’ail qui peut se manifester dans la transpiration, mâcher une gousse de cardamome, ou 2-3 graines de café, des graines d’anis ou de cumin, voir manger une pomme.

 

 

MODE D’EMPLOI 

 

Usage externe :

L’ail pilé avec de la graisse et de l’huile, donne un onguent appelé « moutarde du diable », résolutif des tumeurs blanches.

 

Désinfection des plaies, ulcères : solution de suc d’ail à 10% avec 1 à 2 % d’alcool ou compresses de vinaigre d’ail : 30g d’ail râpé macérés 10 jours dans ½ litre de vinaigre.

 

Gale, teigne : frictions avec le mélange auquel on ajoute à moitié de l’huile camphrée.

 

Contre la fatigue, les asthénies, masser le long de la colonne vertébrale avec deux parties d’huile camphrée et une d’ail.

 

Cors, Verrues, Durillons : piler une gousse d’ail et appliquer le soir en protégeant par un sparadrap la peau saine. Résultats en moins que 15 jours.

 

Plante bulbeuse cultivée dans les jardins potagers, dont le bulbe, composé de plusieurs petits bulbes, nommés caïeux ou gousses, est employé, mais seulement dans la médecine domestique, à l’intérieur comme excitant, stimulant, fébrifuge, et vermifuge ; à l’extérieur comme rubéfiant et même comme caustique et vésicant.

On a aussi employé son suc  contre les cors aux pieds, la gale, la teigne, la surdité.

C’est un antiseptique populaire.

L’ail est riche en huile volatile sulfureuse, ce qui ferait supposer que, comme la scille, il doit posséder des vertus incisives et diurétiques manifestes.

La cuisson lui fait perdre, ainsi qu’aux autres aulx, les propriétés âcres et excitantes et lui en donne une mucilagineuse.

On en fait un sirop, un oxymellite, un vinaigre, des cataplasmes etc.

En pilant l’ail avec une graisse et de l’huile, on obtient un onguent nommé moutarde du diable, l’huile d’ail. Ce composé est résolutif des tumeurs froides.

L’ail croît spontanément en Sicile, en Espagne, en Egypte et en Algérie.