Olivier

en cours de mise en ordre:

OLIVIER

Olea europoea de la famille des oléacées

Les oliviers nous apportent de l'huile, un bois très solide; dans ce chapitre  c'est de l'emploi de ses feuilles, et de ses bienfaits qu'il s'agit.

________________________________________________________________________

 

________________________________________________________________________

Principaux constituants connus: sels minéraux végétalisés: calcium, phosphore, magnésium, silice, soufre, potassium, sodium, fer, chlore... tanins, mannitol, substances résineuses, acides organiques (malique, tartrique, glycolique, lactique, caféique), acides gras, acide oléanique, alcools, huile essentielle, saponines, iridoïde, hétérosides (oleuropéoside, oléside...),matières un peu amères; l'oleuropéine, extratives, sucrées et résineuses, de la chlorophylle, du tanin, de l'acide gallique, de la mannite, des triterpènes, des flavonoïdes,  ...

 

 

All: Ölbaum,   Esp, Ital: Olivo,  Su: Oliv,   Tur: Zeitoun, aghadji

 

Synonymes: Olivier franc, boutaillon, boucellaou, mouraou, ampoulaou

 

 

Partie utilisée: feuilles coupées, écorces

 

 

Saveur: assez neutre

 

 

 

 

 

 

 

 

MOTS CLEF:

 

 

HYPERTENSION

 

 

DIABETE

 

 

TRES PUISSANT ANTIVIRAL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Propriétés:

Hypotenseur par vasodilatation périphérique (sans effet cardiodépresseur)

vasodilatateur

circulatoire

diurétique, favorise la diurèse, l'élimination rénale de l'eau

antidiabétique

facilite les fonctions hépatiques

fébrifuge

antioxydant

antiinflammatoire

spasmolytique vasculaire

hypoglycémiant (fait baisser le taux de sucre dans le sang)

antibactérien

soutient le système immunitaire

antioxydant

émollient, adoucissant

astringent

anti-infectieux, anti-bactérien, antivirale, fongicide

anti-arythmique

spasmolytique

régule le rythme cardiaque

hypocholestérolémiant (tente réguler le taux du cholestérol)

 

 

 

 

Indications:

Usage interne:

hypertension et ses troubles

maladies cardiovasculaires

maladies coronariennes

athérosclérose (artériosclérose au niveau des grosses artères)

artériosclérose

mauvaise circulation du sang

insuffisance veineuse

excès d'urée sanguine, son excès c'est la goutte

lithiase urinaire (calculs urinaires)

céphalées

vertiges, bourdonnement d'oreille

diabète type II (Si on change son régime alimentaire, en suivant les conseils alimentaires qui figurent sur ce site, on arrive à guérir du diabète non insulino- dépendant. Il faut ensuite garder ces nouvelles habitudes alimentaires.)

pléthore (surabondance de sang ou d'humeurs dans l'organisme)

angine de poitrine (usage prolongé)

grippe, rhume

 

Usage externe:

pour laver les plaies et favoriser leur cicatrisation

désinfectant: bactéricide, antiviral, fongicide

émollient

adoucissant

cicatrisant

 

 

 

 

 

Mode d'emploi:

1/2 cuillère à soupe de feuilles coupées, mettre dans 1/2 litre d'eau froide et porter à ébullition, laisser frémir à feux doux 3 - 5 minutes puis laisser infuser 15 - 20 minutes.

Ne pas mettre du sucre qui fait augmenter la tension artérielle.

Adoucir avec des feuilles de stévia moulues qui font baisser la tension, avec du miel ou de la badiane qui régule la tension.

 

 

 

MISES EN GARDE:

Aucune connue, il fut remarqué que l'utilisation simultané de la tisane de feuilles d'olivier et de l'allopathie permets de mieux supporter la toxémie des traitements de cette dernière.

Toutes les recherches semble mettre en avant l'innocuité de la feuille de l'olivier, c'est à dire absence de contre indications et d'effets indésirables.

 

 

SYNERGIES:

Pour lutter contre le durcissement des artères qu'est l'artériosclérose, et lutter en même temps contre l'hypertension vous pouvez mélanger les feuilles d'olivier avec au choix deux - trois des plantes au choix de la liste qui suit: Artichaut (très amer), aubépine (saveur agréable de miel), bouleau, fumeterre, gui, houx, prêle, reine des près, hamamélis.

 

CURIOSITES:

L'olivier aime les terrains secs et rocailleux.

Il grandit durant les 30 premières années, et s'épanouir par la suite jusqu'à l'âge d'un siècle.

 

Quant la colombe revient de son second voyage hors de l'Arche de Noé, elle tenait dans son bec un rameau frais d'olivier.

Ainsi Noé sut que l'eau du déluge avait diminué sur la terre, et cet arbre eu le privilège d'être le premier végétal cité à la fin du déluge.

Les Grecs, à qui leur déesse protectrice Pallas Athénê l'avait apporté en même temps que le figuier, en faisaient le symbole de la sagesse et l'honoraient à tel point qu'ils confièrent sa culture qu'aux hommes "purs" et aux vierges.

Les Romains l'appelaient "arbre à Minerve", et le vénéraient à la manière des Grecs.

 

La paix étant une forme de sagesse, c'est une branche d'olivier que tenaient ceux qui demandaient la fin des hostilités.

Cette signification allégorique n'a pas varié au cours des siècles, on la retrouve sur le drapeau de l'ONU.

 

Arbre originaire de l'Asie, très répandu en Grèce, et cultivée dans le midi de l'Europe.

 

L'olivier était une providence des populations du pourtour méditerranéen.

Virgile remarque qu'il ne demande ni la serpe, ni la houe depuis qu'il est repris, il leur à donné son bois, ses feuilles, ses fruits; de quoi s'abriter, de quoi se chauffer, se nourrir et se soigner.

 

On utilisait la feuille de l'olivier pour tanner le cuir.

 

C'est l'E^aïa d'Homère et de Discoride.

 

Le péricarpe fournit une huile précieuse pour l'usage domestique comme huile de cuisine, huile de table, huile de soins..., et même pour la pharmacie qui s'en sert de base à certaines huiles officinales.

 

Le tronc des vieux oliviers laisse exsuder une matière particulière d'un brun rougeâtre, nommé gomme ou résine de l'olivier, gomme lecca, fusible à 130°C, et presque entièrement formée d'une substance blanche, cristalline, l'olivile.

Elle est remarquable par la forte odeur de vanille qu'elle développe quant on la chauffe de 120 - 150°C.

On l'emploi pour la parfumerie et pour la préparation de certaines cires à cacheter (en 1900) parfumées.

Les feuilles de l'olivier, olea fragrans, olea europea,  servent en Chine à aromatiser le thé.

Avec l'olivier sauvage, oleaster, Hoste prépara un extrait hydro-acide qu'il préconise comme fébrifuge, succédané du sulfate de quinine, administré sous forme de vin ou pilules.

 

En cas de sécheresse, les feuilles de l'olivier sont capable de perdre 60% de leur eau, de réduire fortement le photosynthèse et de fermer les stomates permettant les échanges gazeux pour réduire les pertes en eau par évaporation, permettant ainsi la survie de l'arbre au détriment de la production de ses fruits.

Dés qu'il pleut les feuilles s'allongent pour emmagasiner un maximum d'eau.

 

Pour planter un olivier, prenez une branche d'un olivier que vous aimeriez multiplier, faites 5 petits trous d'un coté de la branche, et deux assez rapprochés de l'autre coté de la branche.

Enterrez cette branche à l'horizontale, les 5 trous doivent toucher le fond de votre trous, les deux petits trous regardent vers le haut.

Versez de la terre dessus, couvrez à peu près de 10 centimètres.

Les 5 trous du fond vont créer des racines pour la survie de l'arbre, et les deux petits trous vont germer et créer votre nouvel arbre.

Arrosez régulièrement sans noyer au début du bouturage.

 

Les feuilles d'olivier, leur décoction,  fut fréquemment utilisés pour soigner les soldats blessés et ainsi éviter la gangrène.

Ils utilisaient aussi les feuilles d'olivier fraîches broyés et mélangés avec de l'huile d'olive, et ainsi appliqués en cataplasme sur les plaies qui de cette manière guérissaient bien plus rapidement sans risque d'infection.

 

Des chercheur qui travaillaient sur la réaction des plantes de la méditerranée au stress de sécheresse ou autre stress environnemental, ont découvert que ces plantes savent développer des antioxydants pour se protéger.

On a ainsi découvert que pour ainsi dire toutes les plantes exposés à des climats rudes développent une stratégie de défense fondée sur des molécules complexes et parfois uniques.

 

Ainsi on peut retrouver des composantes adaptogènes complexes avec les feuilles d'olivier, les feuilles d'arganier et le troène.

C'est cette composante qui donne la saveur un peu âpre à la décoction de feuilles d'olivier.

 

Les laboratoires à la recherche de molécules à breveter se sont lancés à l'étude plus profonde des composantes des feuilles d'olivier.

Il fut mis en évidence qu'une des composantes arrive à combattre et détruire tous les virus utilisés pour les test.

 

Certaines études Américaines ont mis en évidence la décoction de feuilles d'olivier inhibe l'entrée du virus VIH dans les cellules du système immunitaire (je suppose qu'il vaut mieux dans ce cas éviter la trithérapie, qui elle  affecte vraiment le système de survie de l'organisme!

Et comme personne n'a jamais pu observer un virus, car en fait ce sont les microzymas qui sont agissant, les virus n'existant pas, je me demande comment cette étude fut faite.