logo

Encens, Myrrhe, Oliban

J'ai pensé aux cadeaux des trois rois Mages

Mages : Qui nous vient du nom Magicien ou Alchimiste qui est l’Archimage.

Il me semble significatif de constater qu'ils n'ont pas apportés au Christ-Roi, le Messie, du minéral, comme l'or ou des pierres précieuses, mais du végétal.

Encens, myrrhe et benjoin viennent du monde végétal.

 

 

                                         

Fresque des Trois Rois Mages au premier étage de la Cathédrale de Villeneuve les Maguelones.

 

 

Encens qui veut dire aussi encenser, donner de l’éloge, des louanges.

L’eau dans laquelle l’encens avait infusé, c’est de l’eau bénite.

L’origine du mot Myrrhe est Grecque, murra. Il s’agit d’une gomme-résine odorante, médicinale, produite par le balsamodendron. La myrrhe est tonique et antispasmodique. Comme l’encens et le benjoin et d’autres résines.

Il fut une époque où les résines-gommes issues des végétaux étaient bien plus précieuses que l'or.

Malheureusement cette richesse a créé une guerre, la guerre de la gomme en XVIII siècle, et c’est la France qui a conquis le monopole sur les gommes de la Côte Ouest Africaine. 

Beaucoup de végétaux savent secréter des résines ou des gommes pour se cicatriser.

Notre histoire se situe dans une contrée qui contient des déserts.

Cela peut nous amener sur une idée, concernant ces résines-gommes.

En effet, elles contiennent toutes à des taux plus ou moins élevés du sucre complexe, des polysaccarides, des acides aminés, pas moins que 16 différents indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, des oligoéléments comme calcium, magnésium, potassium… et du mucus cicatrisant.

Ce sont des puissants protecteurs du foie, désinfectants, cicatrisants, purifiants…

 

 

                                                   

                    

Si on se retrouve dans le désert et qu'on est un peu à court de nourriture on peut sucer l'encens.

Il existe d'ailleurs des encens-gomme qu'on mastique comme un chewing-gum, en vue d'assainir et adoucir la bouche et toute la sphère de la digestion.

Les acides aminés ainsi apportés vont veiller au bon fonctionnement de notre organisme, ils participent à l’échange d’information de l’organisme en vue de le maintenir en équilibre.

La définition de l’équilibre est, que nous sommes dans un déséquilibre permanent, que nous cherchons rétablir en permanence…et qui engendre notre désir de créativité, de bouger, d’aller de l’avant, de rester dans le présent.

Quand Moïse a fait errer pendant 40 ans le peuple Juif dans le désert, ils ont survécu grâce à la manne, l'exsudation d’un frêne qui pousse dans les régions désertiques. Mais très certainement aussi grâce aux autres résines récoltés le long de leur route.

Les résines végétales s'obtiennent en incisant l'écorce du végétal, qui, pour se cicatriser, va suinter un gel qui se solidifie à l'air. Et c'est cette résine ou résine-gomme qu'on récolte, laissant au végétal le soin de se refaire une deuxième cicatrisation.

 

                             

                                                       

 

Pour différencier gomme, résine, encens, ce n'est pas aussi évident que cela.

Si je me tiens au petit Larousse: gomme, substance visqueuse et transparente qui suinte du tronc de certains arbres.

Ex: gomme arabique qui nous est offerte par certains acacias ou mimosas et récoltée en Arabie. Mais voilà, on appelle cette gomme aussi résine d'encens ou fibres d’acacia, vu sa capacité d’être un probiotique.

 

                                                                   

 

Il y a venant d'Asie, une gomme-goutte, extraite d'un arbuste et utilisée dans la fabrication des peintures, parfois employé comme purgatif.

Il y a la gomme laque qui est une substance produite par une cochenille, produite en Inde. Diluée dans de l'alcool elle est utilisée pour la fabrication des vernis.

L'oléorésine, comme la térébinthe, insoluble dans l'eau est exsudée par diverses plantes.

On a aussi le Copaïer, qui nous fournit l'oléorésine Copahu. Très utilisé en thérapeutique, par les Amérindiens dans les huttes de sudation, saunas ou simplement en massage sur les parties endolories…

La gomme qui vient du caoutchouc, son nom est bien parlant, gomme qui vient du Grec kommi, cela nous fait bien penser aux gommes qui trônent sur nos bureaux pour effacer les traits de crayon indésirables.

 

La propolis, résine fabriqué par les abeilles, avec des pouvoirs curatifs qui vont bien au-delà de ce que nous en connaissons, car les chercheurs en découvrent régulièrement des nouvelles indications. Le violon Stradivarius, au son si merveilleux, fut en effet crée grâce à un mélange de cire et de propolis, qui conférait au bois du violon fermeté et souplesse, tel que le possède un bambou.

Si on veut mieux comprendre la différence entre résine, gomme, caoutchouc ; résine on appelle cela aussi fausse-pierre ; Fausse pierre, car elle brûle. Il y a des résines fossiles, des résines dérivées du pétrole, des plastifiants, on appelle certains arbres des résineux, et il y a aussi une appellation pour l’électricité négative qu’on dit résineuse.

Une gomme est élastique. On en fait des bonbons, des pâtes de fruits, des crèmes gommantes.

Il y a l’expression mettre la gomme, ou, presque son contraire, il est à la gomme.

Un poste fut gommé, pour dire effacer.

 

 

                                                                     

 

Encens

Du nom latin incensum, brûler. Mais aussi louanges, et honorer en brûlant de l'encens.

En Allemand: Weihrauch, ce qui veut dire fumée de bénédiction solennelle. Autre appellation: Oliban

On embaumait grâce aux résines certains défunts.

L'encens d'Arabie et d'Afrique devient très dur et est d'une grande pureté.

C’est une résine.

 

 

 

                                                            

 

L'encens d'Inde se ramollit à la chaleur et c'est elle qui est utilisé traditionnellement dans certains pays comme "chewing-gum". C’est une gomme-résine, elle contient plus de gomme que de résine.

Ces deux variétés, consumés sur des charbons ardents répandent une fumée blanchâtre, abondante, et d'une odeur agréable et douce.

Sa mouture fine a la propriété de gonfler dans l'eau et créer des mucilages. Ces mucilages sont considérés comme des probiotiques grâce à son anhydride de glucose. C'est ainsi qu'actuellement dans les remèdes aux intestins irrités on peut trouver un allié dans l'encens, Boswelia serrata, en fine mouture. On peut l'acheter au poids ou en gélules prêtes à l'emploi.

Comme appellation vous pouvez trouver Boswelia serrata, qui définit le végétal qui l’a fourni, ou gomme arabique, ou fibres d’acacia. Elles ont toutes un effet très similaire sur notre organisme.

Actuellement nous savons l'influence de l'état de notre intestin sur notre état émotionnel.

 

 

                                                                                         

 

On peut comprendre l'intérêt grandissant pour la résine de boswelia serrata, ou fibres d’acacia, qui semble être dans les gommes résines la plus puissante d’un point de vue anti-inflammatoire non stéroïdien, sans effets secondaires et en général très bien tolérée.

De nombreuses études ont ainsi démontrés que les acides bosweliques contenus dans cette résine inhibent la formation de leucotriènes, substances qui engendrent l’inflammation en accentuant les dommages causés aux tissus par toutes sortes d’agressions, y compris émotionnel. Ils participent au bon fonctionnement des vaisseaux sanguins, plus ou moins obstrués par des spasmes. Ces acides améliorent aussi la circulation sanguine dans les articulations et les autres tissus enflammés.

Ils favorisent un apport plus important de sang dans les tissus, alors mieux nourris et mieux drainés et contribuent et contribuent à faire disparaitre l’inflammation, à condition toutefois d’avoir écarté l’origine de ces inflammations.

Les traités de médecine Ayur-védique recommandent Boswelia serrata (ils l’appellent salai guggul), en cas de douleurs rhumatismales, en cas d’inflammation du tube digestif et des voies respiratoires, puissant préventif des crises d’asthme.

En application externes on recommande l’encens pour les problèmes d’acné, les infections fongiques et les furoncles.

Et on utilise sa fumigation pour purifier les vêtements, les maisons et les cheveux.

L'encens est formé d'acide boswelique, d'olibanorésine, d'huile essentielle (alpha-pinène et limonène) de gomme et de bassorine. Elle se dissout à 20% dans de l'alcool à 90°. Ainsi dilué on peut l'intégrer dans des baumes soins pour la peau, comme pour soigner psoriasis, eczéma, gerçures, escarres…

D'autres exsudations se font appeler encens également. On tire de l’encens de pas moins que 900 végétaux différents.

Hippocrate recommandait son emploi, les Romains l'utilisèrent et l'appelaient thus; son nom oliban nous vient du Grec.

On l'emploi comme fumigatoire dans les cas de rhumatismes, il entrait dans la composition de pilules cynoglosse (pilules contenant entre autres des végétaux opiacés), sa poudre rentre dans la composition de la thériaque qui rentre elle dans la composition de la liqueur du Suédois.

On l'utilise dans les emplâtres, on l'appliquait dans la bouche en cas de douleurs de dents, on en faisait des savons médicinaux, on l'utilisait contre les affections charbonneuses.

Elle protège le foie.

 

 

 

                                                                                             

 

Sa poudre finement moulue est employée en pâtisserie (gomme Arabique), comme liant.  En industrie alimentaire comme émulsifiant (qui crée un lien entre le gras et l’eau). 

Elle permet le ralentissement de la déshydratation de la pâtisserie. De plus, son mucilage freine les sucres de la pâtisserie de pénétrer trop rapidement notre organisme, transformant ces sucres rapides en sucres lents et aide à l'évitement d'un choc insulinique.

Les pâtes, comme pâtes de fruits, gommes, certains sirops, pâtes pectorales, beaucoup de préparations magistrales en contiennent.

On l'utilise en industrie alimentaire mais aussi en industrie chimique.

On peut tirer sa résine des arbres Boswelia, mais aussi d'une variété de mimosa (acacia vera ou nilotica (de la région du Nil) et bien d’autres végétaux, qui donnent une exsudation très similaire toujours avec cette fumée douce, balsamique qui se dégage à sa consumation sur surface chaude.

Son intérêt est de plus en plus grandissant, c'est un excellent adoucissant qui s'oppose aux maladies inflammatoires.

Très indiquée en cas de maladies d'inflammation chronique des intestins, y compris la maladie de Krohn et colite ulcéreuse.

Egalement en cas de psoriasis, dermites et acné...

 

 

                                                                                                

 

Notre conscience actuelle nous faisant comprendre, que c'est le végétal notre meilleur allié santé, cette "découverte" des bienfaits des résines pour notre santé ne sont que des retrouvailles d'un savoir ancestral.

Malheureusement elle est actuellement, et pour abaisser son prix pour l’emploi industriel, de plus en plus remplacé par une gomme artificielle, qui nous apporte des dextrines, difficilement employable par les microzymas, qui sont les réparateurs de notre organisme.

Il y a pleins de végétaux qui, pour se réparer, se protéger, fabriquent des résines, comme par exemple les arbres fruitiers à noyaux (pruniers, amandiers, pêchers, abricotiers...)

L'huile essentielle d'encens, l'oliban, est, comme toutes les résines, très énergisante, tonifiante, anti-infectieuse des voies respiratoires, anti-inflammatoire, antidouleur, cicatrisante et on lui donne les vertus de freiner la croissance des tumeurs.

Elle est indiquée en cas de rhumatismes et en soin aux sportifs.

En fumigation elle favorise la méditation, apaise les émotions, favorise le lâcher prise.

Elle favorise un retour vers la santé en cas de rhumatismes, arthrose, et toutes les expressions de maladies inflammatoires.

 

                                                    

 

C'est le Roi Gaspard (Gathaspa), l'Aryen, qui apporta l'encens, symbole de divinité, son nom indiquant ce qui rends divin.

Cette résine s'adresse d'avantage au cœur qu'à l'esprit.

L'encens mais aussi myrrhe, benjoin, autres résines et sauge sont employés pour nettoyer l'environnement intérieur et extérieur lors des déménagements ou lors des périodes de maladies.

A cet effet, il faut un encensoir transportable et une plume, faire le tour des toutes les pièces et envoyer, grâce à la plume, la fumée dans les moindres recoins, en laissant toujours une fenêtre entrebâillée à l'opposée, afin que la fumée saturée soit attirée par l'air et repoussée dehors, et l'oxygène appelée pour prendre place et assainir l'espace de vie. On peut, pour renforcer le résultat, faire des paroles positives soutenant ce travail.

Il est conseillé d'ingérer l'encens moulue lors des repas, elle se dissout dans le gras, l’huile, du repas. A la digestion cette façon de faire fait bénéficier des bienfaits de l'encens à tout l'organisme.

 

 

                                                                 

 

On peut utiliser l'encens moulue, ou en fin de repas, l'encens à mastiquer. Il est recommandé la dose de 3 g par jour, en cas d'inflammation aiguë doubler la dose.

Vous pouvez aussi faire tremper pendant 10-12 heures, le double de votre dose quotidienne dans 2 litres d'eau de source. Une partie des bienfaits de l'encens passe dans l'eau. Cela vous fait boire 1 litre par jour de cette "infusion".

Ne pas en préparer à l'avance au-delà de deux jours.

Si vous voulez utiliser son huile essentielle, soit pour des problèmes de peau, soit en massage en cas de maladies inflammatoire, pour créer votre baume contre les gerçures…la diluer dans de l'huile de sésame ou colza bio à 3 - 5 %. Pour un baume fixer cette huile avec 5% de cire d’abeille qu’on fait fondre au préalable dans l’huile.

 

 

                                                                                         

 

La myrrhe

Si on dit de l'encens qu'il s'agit d'une fragrance masculine, on dit de la myrrhe qu'il s'agit d'une fragrance féminine.

Que signifient ces appellations récentes de féminin ou masculin, ou de Ying et Yang, chaud-froid… J’aime bien l’image bien réelle de l’humain :

L’homme a un bâton qui est fermé sur l’extérieur, la femme a une ouverture qui donne sur une cavité, principe maternel, et qui en son fond a une trompette avec une ouverture. On dit que l’utérus est l’antenne percevant de l’environnement. D’où que bien souvent les femmes peuvent dire ici je me sens bien, ici je ne suis pas bien du tout. Perception rarement ressentie par un homme. Mais, il y a des hommes qui vont développer d’autres antennes, qui leur permettent d’avoir autant de perceptivité qu’une femme. Ce sont en général les thérapeutes.

Une femme qui a subi une ablation de l’utérus, va elle aussi recréer d’autres antennes de protection.

D'un point de vue émotionnel, la myrrhe favorise la réceptivité, la créativité, la méditation, l’ouverture sur le monde. Elle est associée dans les anciens textes à l'amour et à l'éveil à l'amour.

La myrrhe, du Grec Myrrha, classée dans les résines odorantes et qui nous arrivent des pays d'Arabie.

On fabrique, pour une meilleure conservation, des vins résinés.

 

 

                                                               

 

xsudation de l'arbre commiphora myrrha, le nom nous indique qu'il s'agit d'une gomme-résine, plus de la moitié de sa composition c’est de la gomme pour le reste résines et des huiles volatiles.

A ne pas confondre avec Myrte.

C'est Balthazar (Bithisarea), l'Africain, qui en fit l'offrande au Christ.

Sa senteur est balsamique, rocailleuse, envoûtante, avec une note de végétal frais. La sentir amène de la complexité et du plaisir.

Se dissout à 10% dans de l'alcool à 90°.

Son HE est antifongique et bactéricide à large spectre d’action, antivirale comme toutes les HE, antiparasitaire.

Anti-inflammatoire, antalgique, analgésique, anti-oxydante, ulcère-protectrice, cicatrisante, vulnéraire, régénératrice cutanée, psychoactive, calmante.

C’est une modératrice endocrinienne : anaphrodisiaque, thyréo-modératrice (contre l’hyperthyroïdie).

 

 

                                                                     

 

On l’utilise en cas de troubles gastro-intestinaux : inflammations bucco-pharyngées, inflammations du tube digestif, gastro-entérite, diarrhée, dysenterie, parasitose intestinale (ascaris), stomatite, aphtes.

Troubles cutanés : plaie, gerçure, coupure, eczéma sec, psoriasis, escarre, cicatrice, ulcère, dermatoses, dermatites, abcès.

Troubles ORL : rhume, pharyngite, amygdalite, bronchite.

Troubles dentaires : gingivite, maux de dents, ulcères gingivaux.

Douleurs articulaires, arthrite.

Troubles endocriniens : hyperthyroïdie, excitation sexuelle, obsession sexuelle, stress, tristesse, angoisse profonde, crises de panique.

Bien que cette huile essentielle ne présente pas de contre-indications aux doses physiologiques, on la réservera à l’adulte.

La myrrhe entre dans la composition du baume du commandeur ainsi que dans celle de l’élixir de Garus. On la trouve même dans la bénédictine. La myrrhe est spiritueuse.

C'est essentiellement la myrrhe qu'on utilise pour les embaumements.

Pour les Egyptiens symboliquement elle serait liée à la mort.

En Egypte il fut ajouté de la myrrhe dans le vin pour sa conservation.

Son He contient jusqu'à 80 - 90% de sesquiterpènes, c'est donc une résine très énergisante. (Comme HE Nard de l'Himalaya, cèdre de l'Atlas, patchouli, ylang-ylang).

 

                                                                                                         

 

Et qu'apporta le Roi Melchior (Melichior), venu d'Orient? Evidement le :

Benjoin

Résine, qui se dissout à 10% dans de l'alcool à 90°, cousin asiatique de l'encens et de la myrrhe. Son origine serait le Laos. L'arbre dont est tiré le benjoin a pour autre nom aliboufier.

Sa senteur est sucrée, très agréable, avec des notes de vanille. Elle a des composantes résineuses, proche du pin et du cèdre. Sa senteur est puissante, sa résine a des propriétés antiseptiques fortes.

Benjoin, du latin benzoe, autre appellation jaoui, qui est une résine aromatique tirée du tronc de différents végétaux du type styrax et utilisé en médecine comme balsamique et antiseptique. Ces arbres nous fournissent en plus de la résine un baume.

 

 

                                                                   

 

C'est un puissant cicatrisant et protecteur de la peau. On peut l'employer en "vernis" sur la peau (dilution alcoolique ou glycériné) ou en ajoutant de sa mouture fine dans des pansements contre les escarres.

C'est la base du papier d'Arménie, utilisé pour assainir l'atmosphère et cela depuis 1885!

Il s'agit toujours d'une maison familiale qui a subi des calomnies, et qui a su prouver la non-véracité des attaques infligées.

D'un point de vue émotionnel le benjoin apaise et apporte la paix intérieure.

Comme ses cousines il est curatif en cas de problèmes de peau, tonique, stimulant, énergisant, cicatrisant, antiseptique, antispasmodique, antiinflammatoire, balsamique.

Sur les plans subtils elle est employé dans des pratiques exorcistes.

 

 

                                                                           

 

Il y a bien plus de résines encore. Nous n'avons pas parlé du santal, trop exploité par des mafias locales, elle est rare et chère. Il y a une variété très proche d'Australie, on pense que sa commercialisation va mettre de l'ordre dans l'exploitation massive du santal Mysore. Le storax, l'opoponax, le camphre, le kandéa, le copal, l’ambre...

Les gommes, résines sont employés depuis des temps immémoriaux dans toutes les cultures, dans le monde entier, dans toutes les couches sociales et dans toutes les croyances religieuses.

Dans les rassemblements d'humains on employait traditionnellement les fumigations pour éviter les contagions favorisées par la promiscuité humaine.

Les rituels, nettoyages énergétiques, hutte de sudation, sauna, on y employait des résines-gommes pour augmenter le soin purificateur.

 

 

                                                        

                                                        


Mais aussi en soin phytosanitaires, les mastiques appliqués sur la coupure après la taille des arbres fragiles comme le cerisier et les fruitiers en général, étaient à l'origine à base de gomme-résine, cire, propolis et huile végétale.

 

 

                                           

 

Vu l'importance grandissante du végétal pour le maintien de notre santé, ce retour de la conscience vers le naturel et la confiance en notre nature crée, je me permets vous ajouter des conseils de semis, donnés par Anastasia (Vladimir Mégré, tome 1 page 119), en vue de faire son jardin "médicinal, patrimonial" :

 

 

                                                                                              

 

POUR LES SEMIS: le mieux à mon avis, elle ne le précise pas, est de préparer la terre sans la remuer, mais en la paillant, (permaculture).

Utiliser que des graines Bio reproductibles, non traités pour leur conservation.

Utiliser un maximum de variantes, multiplier les différentes variétés.

Vérifier grâce au catalogue lunaire les jours favorables aux semis.

Préférez planter un peu plus tôt dans la saison qu'en retard. La manière indiqué pour informer les semis fait, que la graine va germer au bon moment pour sa survie:

- Mettre les graines que l'on veut semer 9 minutes sous sa langue. Se tenir pieds nus à l'endroit prévu pour les semailles.

- Ensuite on les serre légèrement entre ses deux paumes 30 secondes.

- Approcher doucement la main de sa bouche et expirer-souffler doucement sur les graines, comme pour les réchauffer de son haleine, 30 secondes.

- Ensuite exposer les paumes vers le haut les graines aux astres, mains tournés vers le ciel, 30 secondes.

- Mettre en terre et ne pas arroser pendant trois jours.

- Aller tous les jours parler avec amour et douceur à ses plantes, leur dire combien qu'elles sont belles, qu’elles nous comblent de bonheur en poussant si bien, si fort, si solides... chacun ses mots doux.

- Laisser un carré de 2m2 en friche que l'on ne touche pas. Si tout fut cultivé avant, aller chercher à la forêt ou à la garrigue de l'humus d'espace sauvage, et répandre sur ces deux mètres carrés pour recréer une pelouse sauvage. Y laisser pousser les herbes en toute liberté.

- Entourer les frontières de son jardin de végétaux variés, arbres, baies, fleurs, buissons...

 

 

                                                          

 

Mettre dans son jardin un maximum de variétés différentes, beaucoup de baies: Framboises, Cassis, Groseilles, et Groseilles à maquereau, fraises, raisins…

Beaucoup de fleurs, surtout des tournesols variés...

Des fruitiers dont des pommiers.

Faire un carré de 1m50 à 2 mètres carrés dans lequel on fait pousser soit du blé soit du seigle.

Et bien sûr le jardin potager avec tomates, haricots, aubergines, concombres, céleri, poivrons, oignons, poireaux, carottes, courgettes, fenouil, choux variés, courges, betteraves, navets, radis... salades et salades à couper, salades amères...

Féliciter tous les jours vos végétaux.

 

 

                                                              

 

 

Explication, je cite: Chaque petite graine que vous plantez renferme en elle une énorme capacité d'informations macrocosmiques.

Ce volume de données est sans commune mesure.

A l'aide de ces informations, la petite graine sait à l'instant précis, au millième de seconde près, auquel elle doit se ranimer, germer, quels sucs il lui faut retirer de la terre.

Elle sait de la même façon comment elle doit se servir des rayonnements émis par les corps célestes comme le Soleil, la Lune ou les étoiles, en quoi elle doit se transformer, quels fruits elle doit donner.

Les fruits qu'elle produira sont destinés aux besoins vitaux de l'homme.

Ces fruits peuvent combattre et tenir en échec absolument toutes les affections de l'organisme humain, avec beaucoup plus d'efficacité que n'importe quel remède de fabrication humaine déjà existant dans notre monde ou restant à inventer.

 

 

                                                          

 

Mais pour cela la graine doit connaitre l'état de santé de la personne.

C'est d'avance qu'elle doit s'en informer, afin de pouvoir gaver ses fruits dans leur phase de maturation en éléments adaptés au cas précis et dans les proportions requises pour assurer le traitement de cette personne en particulier, et éradiquer la maladie, dans le cas où la personne est déjà atteinte, ou l'empêcher de se déclarer, dans le cas où la personne y aurait des prédispositions.

Le procédé ci-dessus permets de donner toutes ces informations personnelles aux graines que vous allez planter de cette manière.

 

 

                                                                  

 

 

Ne sarclez pas la totalité des mauvaises herbes qui avoisinent la jeune pousse que donne la graine. Epargnez-en au moins une de chaque espèce. Quant au plantes adventices, vous pouvez les couper au ras du sol.

Vous en occupant tout au long de sa croissance, cette plante va continuer de capter des informations concernant la personne. Elle captera un maximum d'énergie du cosmos et de la Terre, utile pour le jardinier en question...Il faut entretenir un rapport direct avec vos plantes. Si vous voulez, touchez les pendant la période de pleine lune.

 

 

                                                  

 

Vous pouvez ensemencer de cette manière les plantes pour vos besoins, et semer les autres, toujours avec bienveillance, de manière habituelle. Vous pourriez faire faire une analyse scientifique et découvrir que les plantes semées de cette manière se distinguent des autres plantes que vous aurez semées.

Si vous repiquez des plantes il faut fouler le trou qu'on a creusé avec ses doigts et ses pieds nus, tout en y crachant un peu de salive. La plante va ainsi capter des informations sur notre santé et la plante va se charger en éléments reconstituants pour nous.

.

 

 

                                                                                    

 

Il faut régulièrement marcher pieds nus dans ses plantations. Le matin au lever du soleil est l'idéal.

Si vous avez des enfants, amenez-les avec vous, donnez-leur les graines à semer, expliquez-leur ce que vous faites, allez avec eux visiter chaque matin votre jardin, invitez-les à découvrir les premières pousses, réjouissez-vous avec eux... et si vous voyez son intérêt grandissant, proposez une plate-bande personnelle à chaque enfant. Encouragez l'enfant, mais n'intervenez pas sur sa platebande. C’est son jardin maintenant.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                   

 

                                                                      


Powered by Joomla!. Design by: joomla 2.5 free template  Valid XHTML and CSS.